mardi 16 mai 2017

Françoise Marcelle. Nos scrîjeûs







Èmn-ome a mô sès dints, 
pôuve ome. Il-èst maleûreûs come ça n’èst nén d’èl dîre ! Vos savèz bén qu’awè mô sès dints, c’èst pou dèv’ni èradji, èn’ no.

L’ôte djoû, i-n-a tout l’ minme saquantès sèmènes, il-a stî ô
rèstôrant avè sès cous ́, in bia rèstôrant d’ Maubeuge qui chêrt come spècialitè du nuzome lapin as prones. Èmn-ome, bén seûr què c’èst s’ gout, in bon lapin as prones. Vous ́ gadjî què vos-ôtes ètou, c’èst vo goût !

Tout d’in coûp, an-agnant su in rwoyâl boukèt d’ cwisse, il-a pinsè qu’ sès machèles astin ́ dèsbèrlindjîyes ! Il-a yeû d’ l’èlècticitè dèl pwinte dè sès tch’veûs djusqu’ô d’ dèbout d’ sès-årtias. Il-a sinti boudjî ’ne saquè ’ne sadju dins s’ bouche èt il-a pinsè qu’i daloût tchér ́ fèbe.

Asseûrè què ç’ lapén la n’avoût nén stî al’vè dins ’ne gayole, ç’astoût in blanc cu v’nu dirèk du cacheû a s’n-assiète... ou bén d’ l’afuteû a s’n-assiète, alèz savwo, paç’ què çu qu’i s’avoût passè, c’èst qu’il- avoût agni su in plomb d’ chasse. Dins tous lès cas, c’èst bén ç’ qu’o lome a ç’te eûre an francès in circuit court , pou m’n-ome, ç’astoût pu råde in court circuit
.
Dèspûs, èmn-ome a mô sès dints, poûve ome !
Dju n’ va nén vos spliquî toutes lès quéntes pou trouvér in dantisse, paç’ què l’ preumî qui l’a vèyu al clinique, a cénq eûres ô nût, avoût dandji d’ène radio èt, come èl radiolojîye astoût sèréye, faloût r’vèni in ôte coûp... èt co payî ’ne visite, asård ?

Èmn-ome, ça l’a fét andêvér, ça fét qu’il-a stî vîr un deûsième dantisse. Èçti la a fét ’ne radio qui n’a rén moustrè dè skètè ; il-a arindji saquants brokes èt rabistokè ’ne miyète èl dèvanture mès come i n’èst nén aracheû d’ dints, il-a èvoyi m’n-ome dèlé in paradontologiste paç’ qu’i faleut vîr combén ç’ qu’i-n-aveut d’ dints a satchî pou n’ pus awo mô. 

Èl rendez-vous, ç’ astoût twos mwos pus tård... Adon, in ratindant, èmn-ome a toudis mô sès dints, poûve ome !

Il-a d’dja pris deûs coûps dès antibiotiques paç’ què l’infècsion s’a mètu al pwinte dè yun d’ sès dints, èl cén qu’il-a agni avè, d’ssus l’fameûs plomb d’ cacheû.

La ô d’zeûr, èm pa, pou l’ fé amarvoyî, a stî li spliquî què ç’ què ç’astoût, ô bon vî tans passè, in-aracheû d’ dints : ç’ astoût èn-ome qui v’noût su lès martchis avè ’ne tchèrète a bras pou sès-ostis èt surtout in cous ́ pou djuwér du gros tambour. Tant qu’ l’aracheû d’ dints fèyoût s’ bouye, l’ôte djuwoût du tambour tous sès pus foûrts pou èpétchî lès djins d’ètinde lès sclamûres du cén qu’on bouriate.

Dèspûs, èm poûve ome fét dès tchôk’mârs, i s’èrdrèsse tout èdoûrmi dins s’ lit èt i crîye :
« Pont d’ tambour, pont d’ tambour ! »

Èl twozième dintisse què m’n-ome a sti vîr, c’èst l’ bon, parèt-i. I sét fé lès radios, i sét sognî lès chabotes èt i sét royî tafèt’mint lès dints.

I n’a pus qu’ saquants djoûs a ratinde pou yèsse quite dès-angouches.

Dju vos dîré bén råde çu qui va chûre.

An ratindant d’ yèsse quite dè ses dints, èmn-ome èst d’dja quite d’ène masse dè liårds, èt c’èst seûr qu’ i n’ peut pus sinte lès blancs cus come èl cén d’ Maubeuge, paç’ què ç’ ti la, on peut minme dîre qu’i l’a su l’ gros dint qu’i vwot l’ pus vol’tî...





Françoise MARCELLE
walon d’ Souvrèt (Souvret)







Nos zûnâdjes



lundi 8 mai 2017

Nos scrîjeûs : Liliane Groulard





Is-ont scapè trwès SDF


I gn-a saquants mwès
, ène lète dè m’ camarâde dè France comincheut insi :
« Lili èst môrt a Pâques ».Lili, c’èst l’ nom dè s’ tchat ; c’èst drole pou in mâle mins, an Bretagne, c’èst normal, parèt-i. « Il-asteut malâde dèspûs dès mwès èy’ on s’i atindeut, mins quand c’è- st-ène saqui qu’on vwèt vol’tî, c’èst toudis trop timpe ! Il-aveut quatôze ans èt nos-avons du muchî no pwène dins no keûr sins l’ dîre a persone.

Nén l’invîye d’in r’prinde in-ôte a ç’te eûre, paç’ qu’in tchat n’ ramplace jamés in-ôte ! Mins èl vûde ît trop grand èt, avou m’n-ome, on pinseut quand minme dè r’prinde in-ôte ô mwès d’octôbe quand nos s’rîs r’vènus d’Indonésîye.

Èl quinze dè juyèt, nos pèrdons nos vélos pou dalér fé in toûr èyèt tout d’in côp, nos crwèsons trwès tchats. Is-avîn ́ mô bèle ér ́, dès misèrâbes, dès vrés SDF !

Èl moman, put-ète in-an, èyèt deûs djônes d’a pwène trwès mwès. Is-astît sètchs come dès côps d’ trique, èyèt vrémint nén bias ! Claude m’a r’wéti, nos nos-avons compris èt, sins rén dîre, nos lès-avons pris paç’ qu’on vwèyeut bén qu’is stît abandonès, pièrdus. Nos lès-avons pôrtè d’lé in vètèrinére. Èl moman èy’ yun dès p’tits n’avît qu’in-î. Is-avît èl gale, dès pûs, dès puces, dès tiques èyèt dès viêrs. Is-ont stî bén sognis, èt malgrè qu’on n’esteut nén an-octôbe, nos n’avons choûtè qu’ no keûr, nos lès-avons wârdè. Dèspûs adon, is pass’neut dès-eûreûs djoûs d’lé nous-ôtes.

Is fèy’neut ène masse dè brût an s’ pourchûvant yun l’ôte dins l’môjo, mins nos-avons ètou branmint dès doudoûces ! Èl moman qui asteut toute pèléye èst dèv’nûwe ène bèle tchate angora qu’on-a lomè Bobète. Sès deûs djônes, Sacha, blanc avou dès grîjès tatches, l’ôte, Michka, gris avou dès blanchès tatches, sont dès gros ronroneûs èyèt dès fameûs-arnôjes ! Bobète èt Sacha sont d’ssus m’ bûrô, is mè r’wét’neut vos scrîre. Bén seûr, nos r’grètons Lili, mins c’èst drole come on s’atatche co râde, surtout què roci, leû môrt n’asteut sûr’mint nén lon ».

Èn ́ dîreut-on nén in conte pou l’ Nowé ? 

"Chat alors !"


Liliane GROULARD
walon d’ Mârciène ( Marchienne-au-Pont)

in " èl bourdon" 694

jeudi 27 avril 2017

Djoli mwès d' mé...



Djoli mwès d’ mé, rimpli d’ muguèts, djoli 

mwès  d’ mé ayu ç’ qu’on pout vîr, dins l’ ér 

frèche du  matin, lès-arondes, 

lès cardinâls, lès  djèrôs.

Djoli mwès d’ mé, 

qu’a fét l’printans d’in coûp d’ ramon.

Pus pont d’ nîve, pus pont d’ iviêr, nén dandji 

dè  s’ dè fé, èl soya èst d’ dja la, pus dandji d’ 

lin.ne  pou djouwér dins lès pachis r’ couvrus 

dès pètitès marguèrites.

Bén râde, nos djoûw’rons toute èl djoûrnéye, 

nos sôtèl’ront a pièrde alène 

dins l’ nouvèle yèbe vèrte. 

Vos s’rèz ène rin.ne 

avè ène longue  trin.ne .

Dju s’ré vo capitène !



mercredi 12 avril 2017

Pèneûse samwène...



Photo prise sur ce blog



Lès mascarâdes sont woutes !



Lès mascarâdes sont woutes. Dèdja, on r’tchôfe Boulome Iviêr a côps d’ grands feus qui r’glatich’nut su lès vilâdjes èt lès-amias. Lès clokes aprèss’nut leûs bagâdjes. Èles vont bin râde s’èdalér ô lon ayu ç’ què lès poûyes èt lès-oûs sont-st-an chôcolat !

Lès couméres vont s’ mète a dalâdje : carôs, ridôs, trot’wêrs ; èl môjo tout ètîre èyèt co lès adjèts vont passér al sav’néye , istwêre dè fé oneûr a l’ boune séson , a Pôques èy’ a lès pâquîs, a lès tribouléyes dès clokes èrvènûwes ô payis èt dispôrdant leûs- amonicions pa t’ t’avô lès djârdins cafloris.

Lès mascarâdes sont woutes !

Apicèz brouches èt sayas…après l’iviêr gn-a dèl bèsogne pour tous lès bras.
I fôt qu’ tout r’lûje dèvant qu’ad’vène èl’ pèneuse samwène pa ç’ qu’èl vèrdi dè ç’ samwène la , i n’ s’ra nin quèstion d’ fé l’ buwéye èt co mwins d’èrlavér l’ môjonéye .

Dins dès famîyes qu-i-gna , ç’ djoû la , on cût du pwin ou bin dèl tôte. A no môjo, dispûs toudis , on cût dès-aféres qu’ont in drole dè p’tit no !

Dj’asteu toute gamine èyèt m’ grand mére aprèsteut dèl farène èyèt dès djèts :

«  Tu vas faire quoi ? –C’est Vendredi Saint, no p’tite et je vais cuire !– Le Vendredi Saint ? C’est quoi et pourquoi tu dois cuire ?- Pa ç’ qu’ aujourd’hui, le Bon Dieu bénit la femme qui cuit et maudit la femme qui lave- Ah !…-Et tu vas cuire quoi ?- Dès « coûyes dè Swisse « - C’est quoi des « coûyes dè Swisse ?- Tu verras dans ton assiette !

Tèrmètant qu’elle mè rèspondeut m’ grand mére aveut prèsti fèl’mint dèl blanke pôsse. Et vèl’ la qu’èle dè f’yeut dès boulots qu’èle aligneût  : bodès sôdârds su in blank drap d’mwin.

Dins ’ne grande cass’role ,èle aveut m’tu d’ l’eûwe a tchôfér dispûs in momint èyèt ç’t-èle ci cominçeut a chîlér doûç’mint.

Vî popa, bin seûr ,asteut la pou mète ès’ grin d’ sé : «  No p’tite, vos dalèz vîr , lès boulomes, èl grosse boudène qu’is vont bin râde awè !

L’eûwe n’aveut nin pièrdu s’ timps, èle chufleut d’ dja après l’ bèsogne…
An m’ dèmandant qué goût èç’ qu’èles dalîne awè , ç’ djoû la, dj’é r’wéti cûre lès blankès boudènes .

Èm’ grand mére apiceut lès boulots , lès lèyeut bèroulér douç’mint dins l’eûwe qui f’yeut dès p’tits bouyons. Avè sogne, èle lès r’toûrneut d’vant d’ lès rascoude avè s’n-èscum’rèsse. « R’wétèz ô bûre « , d’jeut-èle a Vî Popa qui m’f’yeut dès clignètes pa drî s’ dos !

«  R’wétèz ô bure …èt mètèz l’ tâbe ! » 

Lès «  coûyes «  ès’ ramonç’lît dins –in grand plat …
Dins m’pètite assiète, djè l’s é vèyu r’lûjantes dè bûre fondu èyèt d’ roudje suk.

« C’est bon ? –- Mmm, oui, c’est bon , j’aime bien les coûyes dè Swisse , tu en feras encore la semaine prochaine, même si ce n’est plus le Vendredi Saint…»

tant qu’a mi, dj’é continuwè a lès vîr vol’tî cès-aféres la qu’ont in no qu’on n’pout nin dîre quand on-è-st- èn-èfant bin al’vè.

L’eûre d’ôdjoûrdu, lès timps ont bin candji. Lès afêres què ç’asteut l’môde sont ’ne mîyète pièrdûwes dins l’s-aroutinâdjes èt lès courât’rîyes dès djins qu’ont toudis trop pô d’eûres pou vikî.

Mins, amon nos-ôtes, èl Vèrdi Sint, c’èst toudis l’djoû dès « coûyes dè Suisse ». Dispûs d’ s-anéyes, c’èst m’ moman qui lès prèsti et paç ‘qu’èle sét què d’ seû ‘ne miyète galafe èle dè cût ène grosse plat’néye…qu’ èle vièrse dèssus du bûre dè cinse tout djusse fondu èy’ ène boune pougnîye dè suk di pot … On n’ sint nin qu’on mindje ! Cès-aféres la ça diskind tout seû, c’èst tout simpe , c’èst bon…on-a l’minton qui glète… !

Wétèz rin qu’ dè pinsér à cès couyes la, djè m’ sin toute drole …L’anéye qui vint, ô Verdi Sint, sèré-dje co l’èfant qu’on lyi fét cûre sès p’tits bouneûrs ? 




Danielle TREMPONT

PS.Les attributs des citoyens de la libre Helvétie n'ont rien à voir dans cette dénomination. Il s'agit plutôt de ceux des gardes suisses du Vatican, dont les culottes de peau collantes mettent en relief leur virilité. et nos friandises ont vraiment la forme de ce qu'elles représentent...

Ingrédients: 1kg de farine, 4 oeufs, beurre, 75g levure de boulanger
Pour saupoudrer : sucre, cassonade, beurre à volonté.
Préparation: Mettre la levure dans un peu d'eau sucrée. Faire fondre le beurre. Mélanger la farine avec les oeufs entiers. Ajouter la levure délayée puis le beurre et travailler du bout des doigts pour obtenir une pâte genre pâte à pain. Laisser lever. Faire bouillir de l'eau et au moment de l'ébullition, prendre des cuillerées de pâte et laisser gonfler dans l'eau. Retourner les pâtons pour bien cuire des deux côtés. Lorsque la couque suisse est bien gonflée et cuite, la sortir de l'eau et bien égoutter.
On peut cuire plusieurs couques en même temps mais toujours dans l'eau bouillante.
Servir avec du beurre fondu et de la cassonade brune.
Quand toutes les couques sont cuites, et s'il en reste, les couper en carré le lendemain et réchauffer dans une poêle avec du beurre. Lorsque ces carrés sont bien dorés, servir avec du sucre. C'est très bon et nourrissant.



mercredi 5 avril 2017

Nos scrîjeûs. Christine Tiercet





Sainte Rolande.
Fernand Verhaeghen



Èle èst woute !

DÎMÈGNE di Pint’cousse. Nos-arivons timprus mon mès grands parints.
« Bondjoû, man. Mi pa n’èst nén la ?
Si fét, il-è-st-ô tchèri ou bén ô poulî. »
An lès lèyant d’visér, dji m’èva an courant ô djârdén pou yèsse li preumiêre pou rabrèssî m’ grand pére. L’uch du tchèri è-st-ô lôdje. Dji passe mi tièsse èt, pus râde qui d’ dîre bondjoû, dji l’ salûwe an d’jant : « C’èst l’ Pint’cousse ! »
I s’ ricrèstèye, lèye la l’ bwèsse as grènes, i s’avance an r’ssatchant s’ mègot, an tout r’choûrbant sès lèpes avou l’dos di s’ mwin, èy’ i m’rèspont an soumadjant :
« Èle èst woute ! »
Dji d’meure pafe èyèt moyate èt ç’ n’èst nén s’ gros bètch qui m’rint l’ parole. Dji n’ôse nén lyi d’mandér pouqwè ç’ qui l’ fièsse qui n’a nén co cominci, èle èst d’dja finîye.
Toute disbârtéye, dji m’èrva al cûjène.
Li tchén vént d’lé mi pou bribér ène doudoûce èt rén qu’a l’ vèy triyanér, dj’advine qui m’ pa a stî ô lawôt pou qwé s’nûlôd èt qu’i va l’asprouvér.
On va don mârchî !

« Èle èst woute ! »
I m’a falu saquants-anéyes di pus pou comprinde çu qui s’ mucheut pa d’rî cès saquants mots la: li mèyeû, c’èst souvint s’ rafyî di ç’qui va v’nu.
C’èst asârd pou çoula qui lès makèts a pwène rimètus a place, lès mârcheûs d’ Djèrpène sondj’nut d’dja al prochène Pint’cousse, bunôjes qui, pa côp, èle tchèye pus timpe ou disbôtchis qu’i fâye ratinde mwintcôp pus d’èn-an pou l’ rivikér... come si ç’ fièsse la ni f’yeut qu’ sokyî dins leû keûr avou èn-oûy toudis drouvu...



Christine TIERCET
walon d’ Djèrpène (Gerpinnes)

jeudi 23 mars 2017

Concours : un auteur...une voix


UN  AUTEUR ... UNE  VOIX

REGLEMENT  DU CONCOURS

Article 1
Ce concours récompensera l'auteur d'un texte inédit et un(e) interprète. Le prix de l'un n'entraînant pas nécessairement le prix de l'autre.

Le texte devra être rédigé dans une des langues régionales endogènes de la communauté française (wallon, picard, lorrain, champenois).

La forme est libre mais le thème de cette année sera la peur. Peur enfantine, peur de vivre, peur de tomber, frayeur comique, peur du ridicule, peur de rien, peur d’aimer, peur de mal faire,trac, souvenirs d’avoir eu peur, vaincre sa peur, peur des fantômes….. Peur irrationnelle ….Ou au contraire peur des événements qui pourraient se passer (attentats, catastrophes naturelles…)….. 
Donnez libre cours à votre imagination.
Une dizaine de textes seront sélectionnés. (Le jury a la capacité de modifier ce nombre).
Les auteurs retenus se choisiront chacun(e) un(e) interprète qui viendra défendre leur oeuvre lors d'une finale publique qui aura lieu le 2 décembre 2017. La finale sera enregistrée et diffusée dans les émissions "la size wallonne","Viva Wallonie" et "Hainaut-Rachènes"
.
Article 2
Chaque auteur ne peut envoyer qu'un seul texte.
Il comportera 20 lignes au moins, mais sa longueur ne devra pas excéder deux pages dactylographiées.


Article 3
Les envois seront reçus jusqu'au 30 juin 2017, le cachet de la poste faisant foi. Les textes seront envoyés en 6 exemplaires à l'adresse suivante : 
Annie RAK – RTBF. Vivacité
Rue du gouvernement, 15. 7000. Mons


Article 4
Les envois ne porteront aucune mention permettant de reconnaître leur auteur.
Ils seront accompagnés d'une enveloppe fermée contenant le nom, l'âge, l'adresse de l'auteur et portant, comme seule indication le titre de l'oeuvre.

Article 5
Les interprètes choisis par les auteurs auront plus de 15 ans.


Article 6
Le concours sera doté de nombreux prix en argent dans les deux catégories (auteur ... voix).


Article 7
Les décisions du jury seront sans appel.


Article 8
Par leur participation au concours, les auteurs acceptent la mise en ondes et la diffusion éventuelle de leur oeuvre par la RTBF ainsi que l'utilisation scénique ou la publication de leur texte.


Un concours organisé par Vivacité avec le soutien du service des langues régionales endogènes de la fédération Wallonie-Bruxelles et du Crombel . 

Fête aux langues de Wallonie


Fête aux langues de Wallonie
Troisième édition
du 20 au 27 mai 2017


Durant une semaine, le patrimoine vivant des langues wallonnes sera mis à l’honneur. Le but est de promouvoir leur pratique, partout en Fédération Wallonie-Bruxelles. Deux concours accessibles au grand public sont organisés sous forme de la création de néologismes et d’un marathon de lecture ouvert aux communes.


Pa kî ? – Par qui ?
La Fête aux langues de Wallonie est une initiative d’associations et de personnalités qui promeuvent le développement et la diffusion des langues régionales de Wallonie. Elle est coordonnée et soutenue par la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Les langues prioritairement concernées sont les langues régionales romanes : wallon, picard, lorrain (gaumais), champenois.  Aucune autre langue qui illustre le plurilinguisme de la Wallonie n’est exclue.


Po kî ? – Pour qui ?
Les personnes déjà sensibilisées à ce plurilinguisme seront en première ligne des activités proposées.  Mais il est important d’élargir ce public.  Les jeunes seront les interlocuteurs privilégiés de plusieurs initiatives développées dans le cadre de la Fête, de même que les adultes désireux de renouer avec leurs racines wallonnes, picardes, gaumaises et champenoises.


Pocwè ? – Pourquoi ?
Les langues régionales sont en perte de vitesse en Wallonie depuis près d’un siècle et ce mouvement s’accélère dramatiquement avec la rupture de la transmission intergénérationnelle. De nombreuses personnes et associations tentent de ralentir, sinon d’inverser ce mouvement qui risque de faire sombrer dans l’oubli un patrimoine linguistique et culturel séculaire. En faisant la Fête aux langues de Wallonie, elles visent un double objectif : développer l’intérêt suscité par ces langues auprès de nouveaux publics et mettre l’accent sur l’urgence de mesures volontaristes pour promouvoir la pratique de ces langues.


À vosse bon keûr !  - Activités
Après les éditions de 2015 et 2016, la Fête aux langues de Wallonie offrira de nombreuses activités dans toutes les régions de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en les concentrant sur la semaine du 20 au 27 mai 2017.

La clôture festive de l’édition 2017 aura lieu le samedi 27 mai 2017 à Namur, aux Abattoirs de Bomel, à partir de 14h. Après des activités d’animation et de découverte d’auteurs wallons, la journée se terminera par un concert du groupe wallon La Crapôde.


Deûs bates po tot l’monde – Deux concours pour le grand public
1.     Lès noûmots – Les néologismes : il est demandé de créer, dans une des langues régionales de la Wallonie (wallon, picard, gaumais, champenois), des noûmots (néologismes) en rapport avec les objets usuels liés aux activités domestiques et ménagères (brosse à dent, lave-vaisselle, etc.). Les meilleures propositions seront primées et feront l’objet d’une publication.
2.     Lîre sins r’lache – Marathon de lecture en langues régionales : un concours de lecture de textes dans une des langues régionales (wallon, picard, gaumais, champenois) est organisé en collaboration avec les acteurs locaux. La commune gagnante est celle qui aura constitué la plus longue chaîne de lecture. Le critère déterminant est celui du nombre de lecteurs (en particulier de jeunes lecteurs) et non celui de la durée de lecture.


Comment participer ?
Vous souhaitez prendre part à la Fête aux langues de Wallonie ? Quatre possibilités s’offrent à vous :
1.     organiser une activité entre le 20 et le 27 mai 2017 et faire inscrire cette activité au programme officiel de la semaine qui est consultable sur le site www.languesregionales.cfwb.be/feteauxlangues (rubrique « édition 2017/appel à projets »); la date limite d’introduction des demandes d’insertion est fixée au 3 avril 2017 ;
2.     participer au concours des Noûmots : les propositions sont à transmettre au jury du concours via l’adresse Baptiste.Frankinet@provincedeliege.be entre le 20 mars 2017 et le 7 mai 2017 (date limite impérative) ;
3.     participer au concours Lîre sins r’lache : toute personne désireuse de s’inscrire au marathon de lecture est invitée à prendre contact avec la bibliothèque de son entité, laquelle pourra obtenir toutes les information et ressources utiles  en adressant un courriel à l'adresse feteauxlangues(at)cfwb.be ;
4.     participer à la clôture festive du 27 mai à Namur, aux Abattoirs de Bomel, à partir de 14h (entrée libre).



Contacts presse
Alix DASSARGUES
02/413.21.14


samedi 11 mars 2017

Raymond Lequeux. Nos scrîjeûs.




Dji n’ sû nén bén poûrtant



Oyi mès djins
 come dins l’ vîye tchanson da Gaston Ouvrard dè 1934
Je ne suis pas bien portant, 
mi ètou dji n’ sû nén bén poûrtant !
Rasseûrèz vous, dji n’ sû nén co près ́ a mori, du mwins dj’ l’ès-
pére, mès dèspûs m’ prépansion, i m’ tchét tous lès-ans d’ssus 
l’ casaque in nouvia problème dè santè,
 èt c’èst toudis yun qu’on n’ sét s’èrfé.
Eûreûs’mint, c’èst jamés rén d’ môrtèl, adon dji m’ sogne èt dji
supoûrte tout çoula ô mieus ; dji prind pacyince, dji mindje mès môs
an-asprouvant dè n’nén trop m’ plinde èy’ an pinsant qu’i-gn-a bén
pus malâde què mi. 
Mès môgrè tout, cès nouvèlès-arokes la, tèrtoutes
èrmîjes èchène, c’èst quand minme dûr a supoûrtér.
An pus, come dji m’ morfond ôjîl’mint, dji sû souvint strindu a
côse dè tous lès dèscouradjants-ègzampes què lès tchafiôds du coron
sont toudis près ́ a m’ chèrvi quand dj’atrape yeune ou l’ôte dè mès
mwéjès-arokes !
Insi in djoû, come dji m’ plindeu dè mès-asoûrdichants-acoufènes, i d’a yun qui m’a spliqui què ç’asteut a côse dè ça què Vincent Van Gogh a dèv’nu djondu èt qu’il-a fini pa coûpér èsn-orèye a côse du brût ! 

Mèrci pratique !
Come dji d’veu passér in-ègzamin pou m’n-eûsofajite dè Barret, i
d’a in-ôte qu’a toudis swè èt qu’èst toudis plin qui m’a djintimint consyi
d’è n’ nén bwêre dè trop paç’ què saquants d’ sès coumarâdes dè ca-
barèt astun ́ môrts dè ça !

 Mèrci vî cous ́ !
Rapôrt a mès pîds qui sont ték’fwès bodès, i d’a yun qu’èst p’t-ète
aspêrt in mècanique èt qui m’a consyi d’èmontchî ène sôrte dè palan ô
d’zeû dè m’ lit pou sawè fé r’montér mès pîds èl pus wôt possibe èy’ insi
doûrmi r’ployi a nonante dègrès. Faleut seûl’mint bén ravisér ô matin si
m’ tièsse n’asteut nén gonfléye ték’fwès qu’ dèl niût, lès-eûwes dè mès
pîds pindus èn-ér ́ s’run ́ dèskindûwes in bas ! Dè l’eûwe dins vo cèrvô,
ça n’ va nén pou l’ fé travayî come i fôt. C’èst d’dja djinti d’ prév’ni !
I-gn-a ètou mès coumarâdes du fotbal. Djé bén stî oblidji d’ leû-
z-avouwér qu’èm rumatisse s’agraveut èt qu’i fôra p’t-ète ramplacér çu
qu’i-gn-a d’ûsè dins mès gn.gnous, mès-antches èt mès spales pa dès
toûrpènes, dès toûrbèles èt dès brokes an plastique, ça fét qu’ dèspûs,
i m’èspot’neut d’dja a l’avance èl Play Mobil
Èt i d’a minme yun qu’a dit qu’i faleut r’tèni m’ place dins-in film d’anticipation
...
Èl pus comique, c’èst l’ cén qui s’ print pou in vètèrinére ! 
Li i m’a acèrtinè qu’ lès saquantès roudjès tatches què dj’é atrapè d’ssus m’
pia, ça vént dèl tigne du tchat èt qu’ ça s’atrape. Dji li é dit què dji
n’aveu pont d’ chat mès qu’ dj’aveu wârdè èl lézârd dè m’ fîye tèrmè-
tant qu’èle ît an vacances. La d’ssus, i m’a rèspondu :
« Dè qwè ! Mès in lézârd, c’èst co pîre, lès grossès tatches dèssus leû
dos, çoula s’atrape ètou rén qu’in lès r’wétant ! »
Èyèt v’la, mès djins, c’è-st-insi qu’ dj’é aprîs què dj’aveu ètou èl
tigne du lézârd. Mès come c’èst yun qui vént d’ Zanzibâr, ça fét qu’
c’èst l’ tigne du lézârd dè Zanzibâr. Quand dji spliqu’ré çoula a m’
mèd’cén, seûr qui va co s’ foute dè mi,
 a mwins qu’i n’ pète èvoye paç’ què c’èst fôrt contajieûs.

An pârlant d’èm mèd’cén, a ç’te eûre pou sès consultâcions, ça va pus râde dè lyi dîre çu qui va co bén al place dè li spliquî tout ç’qui va mô. 
A ç’te eûre ètou, dji dwè dalér l’ vîr dèssus rendez-vous èt i m’ fét passér an swèréye èt an dérin, paç’ qu’i sét bén qu’aveu mi ça va durér lontins !
Aveu tout ça ètou, dj’é in DMG qui lyi kèrtche in bon quârt dè s’ disque dur
; èyèt quand il-a fini d’ tapér su l’ clavièr toutes mès-ôrdo-
nances pou l’apotikére, i fôreut bén qu’i r’mète ène noûve cârtouche
d’anke dins s’n-imprimante.
An tout cas, c’è-st-in foûrt bon mèd’cén paç’ qu’il-arive a prinde pa-
cyince dè mi èt qu’i trouve toudis lès mots qu’i fôt pou m’ rapôjî èyèt m’èr-
montér l’ morâl... Sôf què ték’fwès, i fét dès frouches quand minme !
C’èst come quand i m’a dit què pou m’n-âdje dj’asteu plus-ou
mwins an boune santè. Mès mi, dji cwè què c’è-st-ène carabistouye, paç’
què, an d’sant ça, il-èst d’vènu tout roudje èyèt i r’wéteut toudis ô pla-
fond. Adon ç’ qui m’ fét transi, c’èst l’ mwins du plus-ou mwins. A m’ dé-
rène consultâcion, il-a minme lachi deûs côps, sins l’ voulwêr, dès
paroles qu’i n’âreut nén d’vu. An m’fèyant rintrér, i m’a dit tout sési :
« Ah ! Je ne pensais pas te revoir ! »
Mès t’t-ossi râde, i s’a r’pris an rajoutant
«... de si tôt 
Èyèt an drouvant l’uch pour mi vûdî, tout compatichant, il-a sèrè
yeune dè mes mwins intrè lès deûs sènes pou m’ dîrpou m’ dîre :
« Bon courage, surtout bon courage !»
Què pinséz co d’ ça ?
An pus, ès ́ brâve feume èst mèd’cén ètou, èyèt come c’èst lèy qui
sogne èm feume, i-gn-a saquants côps què, quand èle lè wèt, èle lyi
d’mande an fronçant sès sourcis :
« Et votre mari, comment va-t-il ?»
Èn ́ trouvéz nén ça drole ?
Èt c’èst nén co tout ; èl dérin côp qu’èm feume èst r’vènûwe dè s’
mèd’cén, al chîje, èle m’a d’mandè si tout asteut bén d’alûre aveu l’as-
sûrance vîye. Co in côp, què pinséz d’ tout çoula ?
Èt i-gn-a co ’ne fameûse rawète ! Pou m’angouchî ène bètchéye dè
pus, i-gn-a ètou l’intèrnèt ́ aveu sès sites médicôs, leûs statistiques,
leûs-èsplicâcions... S’apinse a yeûs ́, an 2001, dji n’ dèveu nén d’dja
passér l’anéye, èyèt dèspûs don, dj’âreu bén du mori ène dîjène dè
côps ! An pus, a côse dès fameûs Cookies espions, a ç’te eûre dèssus
l’ twèle, on m’invoye, souvint sins prév’ni, dès rèclames pou dès
pompes funébes.
Ça fét qu’ vos d’vèz bén comprinde, mès djins, qu’aveu tout ça,
c’èst normâl dè transi ’ne miyète. Mès l’ principâl pour mi, èt çoula
grâce a m’ docteûr, c’èst qu’ dji sû co la, c’èst qu’ dji sé co vîr vol’tî èm
famîye èyèt mès vrés-amis ́, c’èst qu’ dji sé co dalér ô fotbal, al pèche,
a l’ ALWaC, èyèt fé ték’fwès ène riséye come avant.
Minme si pa côps, dji dwè m’ foûrcî ’ne bètchéye paç’ què,
 vrémint, dji n’ sû nén bén poûrtant...



Raymond LEQUEUX
walon d’ Coûrcèle Vî Lîtchamps (Courcelles)



toûrbèle, rondelle / toûrpène, toupie, ici, tête hémisphérique d’un os
/ DMG: dossier médical global.







dimanche 26 février 2017

Il y a deux cents ans: Jacques Bertrand







Cette année 2017 sera celle du bicentenaire de la naissance de

Jacques BERTRAND

((
1817-1884) et on se demande si beaucoup de Carolorégiens y penseront en entendant le carillon du beffroi de l’Hôtel de Ville « sonner » les quelques mesures des chansons les plus célèbres de celui qui fut – et demeure chez quelques irréductibles – le personnage le plus symbolique de l’agglomération

Il naquit à la Ville-Haute, rue Nalinne, le 18 novembre 1817, une Ville-Haute encore ceinturée de ses remparts. Il fréquenta durant quelques courtes années l’école locale et dès l’âge de 10 ans, il entra en apprentissage chez un parent qui était chaisier ; une fois le métier acquis, il fit un « Tour de France » comme tout bon compagnon de l’époque.
Comme le signale Arille CARLIER (1887-1963) dans la préface du remarquable Les œuvres wallonnes de Jacques Bertrand , c’est probablement durant ce périple qu’il eut la nostalgie de sa ville natale, nostalgie qui lui inspira les paroles de ce qui deviendra « l’hymne carolorégien » :
« Pays de Charleroi,
C’est toi que je préfère,
Le plus beau coin de terre,
À mes yeux, oui c’est toi. »

À son retour, Jacques BERTRAND s’installe à son compte et en 1848, il épouse Pauline QUEUNNE qui lui donna deux fils, Jules et Léopold. Il fit bâtir une maison au coin de la Place du Manège et du Boulevard de l’Ouest, l’actuel Boulevard Jacques BERTRAND
Par la suite, il y ouvrit un café ; sa renommée en tant que chansonnier fut certainement un des facteurs de succès de cet établissement.
Ce n’est que vers l’âge de trente ans qu’il se mit à écrire les pre-miers textes de ses chansons, en français et en wallon. Ce sont bien souvent des œuvres inspirées par des faits concernant avant tout le petit Charleroi intra muros ou encore des couplets destinés à des sociétés de bienfaisance. C’est ainsi qu’il présida la Société des Mirlitons ou encore la chorale La lyre ouvrière qui était dirigée par son ami Adolphe MICHE (1830-1906) ; ces associations récoltaient des fonds pour l’Hôpital civil de Charleroi ou encore l’Asile de nuit.
Jacques BERTRAND  n’était pas un coureû d’ ducaces comme Djan l’ Blanchisseû qu’il évoque dans Sintèz come èm keûr bat.
Il se déplaçait rarement hors de Charleroi ; on ajoutera pour la circonstance que c’est aussi par le truchement de l’écrit
 qu’il se fit largement connaître. 
En effet, le Journal de Charleroi faisait régulièrement paraître ses textes par ailleurs diffusés en « feuilles volantes ».
Ces éditions sont parmi les premières manifestations de notre littérature wallonne carolorégienne, des manifestations tardives au regard des autres régions de Wallonie.

 On pourrait expliquer ce retard par des raisons historiques: Charleroi, place forte fondée en 1666, ne prit vraiment son essor urbain qu’au cours du XIXième siècle,  lors du processus d’industrialisation de toute sa périphérie.
On imagine assez mal l’aura que le chansonnier avait acquise
dans toute la région, la sympathie qu’il suscitait auprès d’un public encore tout imprégné des richesses de la langue wallonne.

De son vivant, il fut à plusieurs reprises honoré par les autorités
municipales. En 1864, Charles LEBEAU (1812-1882), le bourgmestre de la ville, lui offrait une édition de luxe du Notre-Dame de Paris de Victor HUGO.
 En 1879, ce fut sous l’égide de La Lyre ouvrière et de la ville que fut organisée une grande cérémonie d’hommage ;  Jacques BERTRAND reçu à cette occasion une montre en or, une médaille de vermeil  et un tableau où figurait l’inscription : 
 « Honneur à Jacques Bertrand, le chansonnier populaire carolorégien ».

Après son décès survenu en 1884, les manifestations d’hommage
n’en continuèrent pas moins. C’est ainsi qu’en 1889, le docteur
Edmond DEFFERNEZ donna à l’Hôtel de Ville de Charleroi une brillante conférence intitulée «Jacques Bertrand et sa Quinzaine au Mambour»  ; le texte fut publié ultérieurement et largement diffusé.
En 1894, on organise une fête commémorative en son honneur
au profit, notamment de l’orphelinat de la Ville.
 Onze de ses chansons furent interprétées pour la circonstance et le texte de celles-ci figurait dans le programme de la cérémonie.

En 1898, le Boulevard de l’Ouest devint Boulevard Jacques
Bertrand et en 1924, une plaque commémorative fut apposée sur la façade de la maison natale du chansonnier. On sait que chaque année, à l’occasion des Fêtes de Wallonie, cette plaque est fleurie ; elle a été déplacée suite aux nombreux travaux qui ont affecté le quartier et elle figure maintenant place du Bourdon.
En 1927, une pièce en trois actes intitulée Jacques Bertrand
, due à Edmond DELATTRE (1866-1931) et Fernand VILLERS (1899- ?)  fut créée à Châtelineau et reprise au Théâtre des Variétés (« ancêtre » des Beaux- Arts) à Charleroi.
En 1934, c’est une remarquable « comédie musicale » intitulée
Djacques Bertrand qui fut présentée, elle aussi, au Théâtre des Variétés. Elle était due au talent de George FAY (1988-1986) et elle fut reprise ultérieurement avec Bob DESCHAMPS (1914-2002) dans le rôle du chansonnier carolorégien. La même année, c’était au tour de l’INR de célébrer le cinquantenaire du décès de Jacques BERTRAND par le biais d’une importante émission radiophonique.
On n’oubliera pas de mentionner l’édition déjà évoquée ci-dessus de Les œuvres wallonnes de Jacques Bertrand
; ce travail remarquable de Jules VANDEREUSE et d’Arille CARLIER , datant de 1960, fut un succès au plan de la diffusion et il mériterait de connaître une réédition au moment où certains beaux esprits considèrent que le wallon est vintage comme le bon porto et les voitures de collection.

On n’évoquera pas ici l’aspect « littéraire » des chansons de Jacques BERTRAND . Si certaines ne sont que des œuvres de circonstance, quelques unes constituent de véritables joyaux, des tableaux truculents où l’on sent revivre ce XIXième siècle carolorégien, un temps où les gens de la Ville-Haute attendaient de sortir de leur carcan de pierre – les remparts furent définitivement démantelés en 1871 – pour participer à l’essor industriel de la région. Cet essor qui connut son acmé à l’occasion de l’Exposition de 1911, une manifestation que l’on n’a pas suffisamment célébrée lors de son centenaire.
On n’oubliera pas de signaler combien Jacques BERTRAND était un extraordinaire connaisseur de la langue wallonne, un « connaisseur naturel » et, allons même plus loin, un linguiste qui s’ignorait.
Comme le fait remarquer Arille CARLIER dans sa préface à Les œuvres wallonnes de Jacques BertrandJacques BERTRAND savait qu’il usait d’une langue où le français s’immiscait petit à petit, un parler urbain, celui d’une petite ville de garnison où des militaires de toutes les régions du pays venaient passer de longs mois de service. C’était là les premiers pas vers cette koiné carolorégienne qui ne fera que se développer au cours du XXième siècle.
Ce wallon des grosses entreprises où des travailleurs des quatre coins de l’agglomération façonnaient ce « parler de communication » qui avait perdu ses traits les plus spécifiques, ses particularismes les plus pointus. Jacques BERTRAND avait perçu la chose car lorsqu’il fait parler un mineur – celui de Lès Réflècsions d’èn-ouyeû du Trî Kôjin ou encore la jolie rivadjeûse de Èl quénzène ô Mambour– c’est le parler du Faubourg de Charleroi ou celui de Montignies-Neuville qu’il met dans leur bouche. Ce sont des traits qui sont devenus des archaïsmes et que Jacques BERTRAND met bien en valeur.
(....)

Malgré la reconnaissance officielle de son talent et son succès
auprès de toute la population de l’agglomération, Jacques BERTRAND connut une fin de vie assez morose ; ce n’était certes plus le boute-en- train qu’il avait été dans sa jeunesse même s’il continuait à « tenir cabaret ». Il perdit sa compagne en 1878 et deux ans après, c’était son cousin, son ami de toujours, le chansonnier Albert THIBAUT(1815- 1880) qui disparaissait.
On pourrait penser qu’il ne se sentait plus chez lui, que son Charleroi avait par trop changé. Les remparts une fois démolis, la Ville-Basse se développa au détriment de sa chère Ville-Haute ; la petite ville où tout le monde se connaissait commençait à prendre des airs de métropole ; le temps des Braillards, une des sociétés de bienfaisance qu’il avait si longtemps animée, celui de la Garde civique dont il était caporal, commençait à s’estomper et il ne lui restait plus qu’à se complaire dans la nostalgie, lui qui avait cessé d’écrire depuis quelques années.
Quels sont les héritiers de Jacques BERTRAND? Tous ceux qui se
sont mis à écrire le wallon dans notre région et tous ceux qui firent en sorte qu’il soit présent au théâtre ou dans l’éditions littéraire ? Pour ce qui est précisément de la chanson, on pourrait considérer que Ferdinand DAVAUX(1878-1918), François LORIAUX (1886-1942) ou encore René GODEAU(1905-1988) furent ses héritiers directs. On ne manquera bien sûr pas de rappeler combien fut important le rôle d’un interprète comme Bob DESCHAMPS pour préserver l’héritage du « bon Jacques ».
On se doit d’ajouter à cette liste, et plus près de nous heureusement,

William DUNKER ou encore Pascal HÉRINGER et ses tchanteûs d’ ducacela filiation n’est donc pas rompue. Certains font la « fine bouche » face à son œuvre, eux qui considèrent qu’il occupe une place trop importante dans notre littérature en wallon carolorégien et que la nostalgie qui émane de ses chansons, la bonhomie qui y domine ont occulté d’autres talents plus prestigieux.

C’est peut-être vrai, comme il est vrai que les paroles de son Pays de Charleroi sont quelque peu grandiloquentes mais il n’empêche qu’elles continuent à faire frémir les Carolos et que Lolote demeure présente dans les cœurs de tous ceux qui considèrent que la langue wallonne mérite d’être protégée et de continuer à vivre en ce XXIième siècle.


Jean-Luc Fauconnier

*Plus de détails dans le bourdon 692 de janvier 2017.