mercredi 12 avril 2017

Pèneûse samwène...



Photo prise sur ce blog



Lès mascarâdes sont woutes !



Lès mascarâdes sont woutes. Dèdja, on r’tchôfe Boulome Iviêr a côps d’ grands feus qui r’glatich’nut su lès vilâdjes èt lès-amias. Lès clokes aprèss’nut leûs bagâdjes. Èles vont bin râde s’èdalér ô lon ayu ç’ què lès poûyes èt lès-oûs sont-st-an chôcolat !

Lès couméres vont s’ mète a dalâdje : carôs, ridôs, trot’wêrs ; èl môjo tout ètîre èyèt co lès adjèts vont passér al sav’néye , istwêre dè fé oneûr a l’ boune séson , a Pôques èy’ a lès pâquîs, a lès tribouléyes dès clokes èrvènûwes ô payis èt dispôrdant leûs- amonicions pa t’ t’avô lès djârdins cafloris.

Lès mascarâdes sont woutes !

Apicèz brouches èt sayas…après l’iviêr gn-a dèl bèsogne pour tous lès bras.
I fôt qu’ tout r’lûje dèvant qu’ad’vène èl’ pèneuse samwène pa ç’ qu’èl vèrdi dè ç’ samwène la , i n’ s’ra nin quèstion d’ fé l’ buwéye èt co mwins d’èrlavér l’ môjonéye .

Dins dès famîyes qu-i-gna , ç’ djoû la , on cût du pwin ou bin dèl tôte. A no môjo, dispûs toudis , on cût dès-aféres qu’ont in drole dè p’tit no !

Dj’asteu toute gamine èyèt m’ grand mére aprèsteut dèl farène èyèt dès djèts :

«  Tu vas faire quoi ? –C’est Vendredi Saint, no p’tite et je vais cuire !– Le Vendredi Saint ? C’est quoi et pourquoi tu dois cuire ?- Pa ç’ qu’ aujourd’hui, le Bon Dieu bénit la femme qui cuit et maudit la femme qui lave- Ah !…-Et tu vas cuire quoi ?- Dès « coûyes dè Swisse « - C’est quoi des « coûyes dè Swisse ?- Tu verras dans ton assiette !

Tèrmètant qu’elle mè rèspondeut m’ grand mére aveut prèsti fèl’mint dèl blanke pôsse. Et vèl’ la qu’èle dè f’yeut dès boulots qu’èle aligneût  : bodès sôdârds su in blank drap d’mwin.

Dins ’ne grande cass’role ,èle aveut m’tu d’ l’eûwe a tchôfér dispûs in momint èyèt ç’t-èle ci cominçeut a chîlér doûç’mint.

Vî popa, bin seûr ,asteut la pou mète ès’ grin d’ sé : «  No p’tite, vos dalèz vîr , lès boulomes, èl grosse boudène qu’is vont bin râde awè !

L’eûwe n’aveut nin pièrdu s’ timps, èle chufleut d’ dja après l’ bèsogne…
An m’ dèmandant qué goût èç’ qu’èles dalîne awè , ç’ djoû la, dj’é r’wéti cûre lès blankès boudènes .

Èm’ grand mére apiceut lès boulots , lès lèyeut bèroulér douç’mint dins l’eûwe qui f’yeut dès p’tits bouyons. Avè sogne, èle lès r’toûrneut d’vant d’ lès rascoude avè s’n-èscum’rèsse. « R’wétèz ô bûre « , d’jeut-èle a Vî Popa qui m’f’yeut dès clignètes pa drî s’ dos !

«  R’wétèz ô bure …èt mètèz l’ tâbe ! » 

Lès «  coûyes «  ès’ ramonç’lît dins –in grand plat …
Dins m’pètite assiète, djè l’s é vèyu r’lûjantes dè bûre fondu èyèt d’ roudje suk.

« C’est bon ? –- Mmm, oui, c’est bon , j’aime bien les coûyes dè Swisse , tu en feras encore la semaine prochaine, même si ce n’est plus le Vendredi Saint…»

tant qu’a mi, dj’é continuwè a lès vîr vol’tî cès-aféres la qu’ont in no qu’on n’pout nin dîre quand on-è-st- èn-èfant bin al’vè.

L’eûre d’ôdjoûrdu, lès timps ont bin candji. Lès afêres què ç’asteut l’môde sont ’ne mîyète pièrdûwes dins l’s-aroutinâdjes èt lès courât’rîyes dès djins qu’ont toudis trop pô d’eûres pou vikî.

Mins, amon nos-ôtes, èl Vèrdi Sint, c’èst toudis l’djoû dès « coûyes dè Suisse ». Dispûs d’ s-anéyes, c’èst m’ moman qui lès prèsti et paç ‘qu’èle sét què d’ seû ‘ne miyète galafe èle dè cût ène grosse plat’néye…qu’ èle vièrse dèssus du bûre dè cinse tout djusse fondu èy’ ène boune pougnîye dè suk di pot … On n’ sint nin qu’on mindje ! Cès-aféres la ça diskind tout seû, c’èst tout simpe , c’èst bon…on-a l’minton qui glète… !

Wétèz rin qu’ dè pinsér à cès couyes la, djè m’ sin toute drole …L’anéye qui vint, ô Verdi Sint, sèré-dje co l’èfant qu’on lyi fét cûre sès p’tits bouneûrs ? 




Danielle TREMPONT

PS.Les attributs des citoyens de la libre Helvétie n'ont rien à voir dans cette dénomination. Il s'agit plutôt de ceux des gardes suisses du Vatican, dont les culottes de peau collantes mettent en relief leur virilité. et nos friandises ont vraiment la forme de ce qu'elles représentent...

Ingrédients: 1kg de farine, 4 oeufs, beurre, 75g levure de boulanger
Pour saupoudrer : sucre, cassonade, beurre à volonté.
Préparation: Mettre la levure dans un peu d'eau sucrée. Faire fondre le beurre. Mélanger la farine avec les oeufs entiers. Ajouter la levure délayée puis le beurre et travailler du bout des doigts pour obtenir une pâte genre pâte à pain. Laisser lever. Faire bouillir de l'eau et au moment de l'ébullition, prendre des cuillerées de pâte et laisser gonfler dans l'eau. Retourner les pâtons pour bien cuire des deux côtés. Lorsque la couque suisse est bien gonflée et cuite, la sortir de l'eau et bien égoutter.
On peut cuire plusieurs couques en même temps mais toujours dans l'eau bouillante.
Servir avec du beurre fondu et de la cassonade brune.
Quand toutes les couques sont cuites, et s'il en reste, les couper en carré le lendemain et réchauffer dans une poêle avec du beurre. Lorsque ces carrés sont bien dorés, servir avec du sucre. C'est très bon et nourrissant.



mercredi 5 avril 2017

Nos scrîjeûs. Christine Tiercet





Sainte Rolande.
Fernand Verhaeghen



Èle èst woute !

DÎMÈGNE di Pint’cousse. Nos-arivons timprus mon mès grands parints.
« Bondjoû, man. Mi pa n’èst nén la ?
Si fét, il-è-st-ô tchèri ou bén ô poulî. »
An lès lèyant d’visér, dji m’èva an courant ô djârdén pou yèsse li preumiêre pou rabrèssî m’ grand pére. L’uch du tchèri è-st-ô lôdje. Dji passe mi tièsse èt, pus râde qui d’ dîre bondjoû, dji l’ salûwe an d’jant : « C’èst l’ Pint’cousse ! »
I s’ ricrèstèye, lèye la l’ bwèsse as grènes, i s’avance an r’ssatchant s’ mègot, an tout r’choûrbant sès lèpes avou l’dos di s’ mwin, èy’ i m’rèspont an soumadjant :
« Èle èst woute ! »
Dji d’meure pafe èyèt moyate èt ç’ n’èst nén s’ gros bètch qui m’rint l’ parole. Dji n’ôse nén lyi d’mandér pouqwè ç’ qui l’ fièsse qui n’a nén co cominci, èle èst d’dja finîye.
Toute disbârtéye, dji m’èrva al cûjène.
Li tchén vént d’lé mi pou bribér ène doudoûce èt rén qu’a l’ vèy triyanér, dj’advine qui m’ pa a stî ô lawôt pou qwé s’nûlôd èt qu’i va l’asprouvér.
On va don mârchî !

« Èle èst woute ! »
I m’a falu saquants-anéyes di pus pou comprinde çu qui s’ mucheut pa d’rî cès saquants mots la: li mèyeû, c’èst souvint s’ rafyî di ç’qui va v’nu.
C’èst asârd pou çoula qui lès makèts a pwène rimètus a place, lès mârcheûs d’ Djèrpène sondj’nut d’dja al prochène Pint’cousse, bunôjes qui, pa côp, èle tchèye pus timpe ou disbôtchis qu’i fâye ratinde mwintcôp pus d’èn-an pou l’ rivikér... come si ç’ fièsse la ni f’yeut qu’ sokyî dins leû keûr avou èn-oûy toudis drouvu...



Christine TIERCET
walon d’ Djèrpène (Gerpinnes)